Ce que je ferai en mai 2019…. Ou l’art de planifier plusieurs années de recherche

Ca m’a fait un peu peur au début, mais je me suis vite rendue à l’évidence : c’est indispensable. Quatre ans de travail, c’est très long, mais très court en même temps.

J’ai besoin de mettre en place une organisation solide pour mener à bien mes projets et tout particulièrement donc mon doctorat et mon travail de prof (sans oublier les enfants bien sûr, et sans stopper toute vie sociale et sportive !). Bref, j’ai besoin que tout soit planifier, pour savoir où je vais et surtout comment j’y vais.

Attention, cette planification ne signifie pas que ma vie n’est qu’une longue suite de tâches à réaliser pour « tenir au planning ». J’ai comme tout le monde des périodes d’énergie débordante, et d’autres d’hibernation… Régulièrement, je réajuste mon planning pour l’adapter, semaine après semaine, et mois après mois, à l’avancée de mes projets, tout en ayant bien en tête la date limite fixée pour leur finalisation.

Mon travail de thèse a véritablement commencé lorsque j’ai construit mon planning de travail. C’est lui qui m’a lancée : une fois écrit, pas question de prendre du retard !

Planifier un travail sur 4 ans (oui, j’ai d’office prévu 4 ans, travaillant à temps plein par ailleurs), alors qu’on n’en est qu’au tout début et que le sujet n’est pas encore complètement défini est un travail compliqué. Je me suis beaucoup aidée d’ouvrages traitant de la thèse dans ces premières semaines de réflexion autour de mon planning de travail, notamment celui d’Umberto Eco et plusieurs autres livres de méthodologie de la thèse trouvés au hasard des rayonnages de la BU.

Voici mon calendrier, auquel je me tiens pour le moment !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.