De mon premier colloque international

Nom : Genesis -Helsinki

Dates : du 7 au 9 juin 2017

Lieu : Helsinki, Finlande

Objet : premier colloque international autour de la génétique, au sens large du terme.

Genesis Helsinki : présentation Le colloque Genesis Helsinki était le premier du nom : c’est la première fois que des chercheurs se réunissaient pour partager à propos de génétique. Entendez là génétique au sens large du terme : il s’agissait de génétique textuelle bien sûr, mais aussi de génétique de l’image, de la musique, du théâtre, du cinéma.
54 communicants se sont succédés tout au long de ces 3 journées.
Pour ma part, je communiquais sur mes recherches, certes débutantes, mais pour montrer qu’il existe un corpus en génétique de l’écriture pour la jeunesse.

La Finlande : un attachement particulier Faire cette communication en Finlande avait un sens tout particulier pour moi : la Finlande, je la connais bien pour y avoir étudié comme étudiante Eramus, il y a quinze ans. C’était pour ma dernière année d’études (à l’époque, j’ai recommencé le chemin depuis !), j’étais en Maîtrise. Y revenir pour mon doctorat a un goût très particulier.

Les communications et ma communication Les communications se sont succédées tout au long des trois journées. Ce fut vraiment très riche. Je ne détaillerai pas ici le contenu des plénières et communications. J’en retiendrai seulement qu’assister aux conférences des grands noms de la génétique, plutôt que les lire, donne une autre dimension à leurs recherches : cela m’a permis de mieux me les approprier.

Et puis, il faut bien que j’y vienne, moi aussi j’ai communiqué !
Je me suis appuyée sur mes premières expériences de la semaine passée : j’ai repris mes documents sur “Jojo dans le désert”. Grâce aux questions et remarques faites lors de la journée d’études sur les brouillons d’écrivains jeunesse de vendredi dernier (j’en parlais ICI), j’ai pu enrichir mon analyse et donc ma présentation. J’en suis encore au tout début de mon travail de recherche, je n’ai pas encore d’analyse panoramique et détaillée de tout mon corpus. J’avance étape par étape. J’ai l’impression que la découverte de ces documents nouveaux, relevant de la création conjointe de la narration textuelle et imagée, a suscité la curiosité et l’intérêt des chercheurs présents.
En revanche, j’ai rencontré une difficulté, et de taille : l’anglais. Je ne suis pas une débutante en anglais : je me débrouille, je sais tenir une conversation informelle avec mes amis. Mais le pas à franchir pour comprendre une communication scientifique et en produire une est grand… Insuffisamment préparée, je me suis mise en difficulté.

.
Qui dit colloque international dit langue de communication Je dois avouer qu’à l’issue de ma communication, je suis restée sur ce sentiment d’échec : ma prestation anglaise m’a semblé vraiment médiocre. Il m’a fallu prendre un peu de recul pour comprendre que les gens avaient tout de même compris mon message, et l’avaient apprécié. Je crois avoir découvert que je parviens à transmettre mon enthousiasme pour ce que je fais.
Mais mon incapacité à produire un anglais « fluent » et ensuite à bien comprendre les questions posées par les auditeurs m’ont vraiment desservi. Ce sera l’une des leçons que je retiendrai de ce colloque : il me faut améliorer mon anglais si je veux continuer à “m’internationaliser”. En effet, le second colloque de génétique aura lieu dans deux ans à Cracovie, en Pologne. Je me suis fixé cette échéance pour faire la différence.

Un espace privilégié de rencontres… et de rencontres privilégiées Je finirai cet article par ce qui m’a semblé le plus important : un colloque est un espace privilégié de rencontres.

De rencontres tout d’abord avec les auteurs, ceux que je lis depuis un an et demi. Les entendre parler, discuter avec eux, quel enrichissement !
Rencontres également avec les autres chercheurs : chacun apporte sa pierre à un édifice qui permet à chacun de se co-construire avec les autres. Les recherches des uns enrichissent celles des autres. On y prend des idées, une façon d’envisager ses propres recherches que l’on avait pas vue avant. On échange, des amitiés se créent.
Et enfin, le plus important certainement : être présent à un colloque, c’est s’insérer dans un réseau. On ne fait pas ses recherches seuls, dans son coin. On les fait au milieu d’autres, qui ont déjà de l’expérience. Celle qui nous manque. Trois jours à ne parler que génétique, à se laisser emporter par ce mouvement, c’est un moteur formidable pour le travail parfois solitaire qu’est la recherche.

.
En bref

Colloque très formateur, pour ma construction en tant que chercheur.

Objectif prioritaire pour les mois à venir : amélioration de  mon anglais !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.