L’été est terminé : en route pour la seconde année !

Les vacances sont maintenant bien terminées et la rentrée aussi !

Un petit article pour faire le bilan de mes vacances de doctorante…

Mon doctorat n’a pas quitté mon esprit pendant deux mois… C’est vraiment une activité avec laquelle on vit. Il y a toujours un morceau du cerveau qui tourne en continu autour de la thèse. J’ai toujours un carnet avec moi sur lequel je note les idées qui me viennent au détour d’une lecture, d’un embouteillage, d’une conversation…

Brouillons confiés par Yvan Pommaux

Juste avant l’été, j’avais rencontré ma directrice de recherche pour discuter ensemble des limites à donner à mon corpus. En effet, Yvan Pommaux m’a transmis de nombreux brouillons : carnets d’écriture, carnets de dessins, beaucoup de feuilles d’esquisses, etc. Je me suis retrouvée face à un problème : j’avais face à moi trop de documents et il m’a fallu me résoudre à en laisser de côté pour mieux étudier les autres.

Nous avons donc décidé que je limiterai mes recherches aux brouillons d’un seul album. Dans le reste de tous les documents, je me servirai de quelques pages à titre d’exemples pour mettre en évidence des constantes ou au contraire montrer des variantes.

Le brouillon qui a retenu toute mon attention est celui du dernier album d’Yvan Pommaux, qui n’est pas encore sorti en librairie. Dans cette attente, je ne pourrai pas trop dévoiler de ces brouillons ici.

L’histoire raconte celle de Norma qui, agacée par sa maman qui ne remarque plus la présence de sa fille lorsqu’elle est au téléphone, décide de s’en aller. Avec son doudou Jojo et son ami Félix, ils vont traverser des mondes autant colorés que dangereux, pour finalement… Lisez-le ! C’est un bel album plein de surprises. Je prendrai le temps de le présenter plus en détail lorsqu’il sortira.

 La genèse de cet album est bien particulière.  En effet, ma directrice de recherche, puis moi-même, nous sommes intéressées à ses manuscrits, les avons regardés à la lumière de la critique génétique. Dans notre sillage, Yvan Pommaux s’est mis à se questionner sur son travail « je ne « brouillonne » plus en toute innocence, j’ai même essayé de faire un livre sans brouillon ». Cette tentative a échoué, dans une certaine mesure : il existe des brouillons qui nous permettent de retracer l’histoire de cette genèse particulière.

 Ce sont ces brouillons qui vont dorénavant constituer mon dossier génétique.

 

Après un an de thèse, les choses avancent, pas après pas. Il y a des périodes de latence, durant lesquelles j’ai parfois l’impression de stagner, de ne plus avancer… Mais avec du recul, je me rends compte que ces temps sont indispensables à la construction de ma pensée.

 

Je suis actuellement en pleine transcription de tous ces documents. Je vous raconterai dans un prochain article ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.