Mais comment font-ils pour choisir des sujets pareils ?

Mais comment font-ils pour choisir des sujets pareils ?

C’est une question qui revient souvent autour de moi, à propos des doctorants : parfois quand on lit certains sujets de thèse, on peut comprendre que beaucoup se demandent où on a bien pu aller les trouver ! Il suffit de se promener au petit bonheur la chance sur theses.fr pour trouver quelques jolies perles.

Avouons que la question est légitime ! Pour tenter d’y répondre, je vais vous parler de mon expérience, du comment ce sujet est venu à moi. Ma petite expérience ne sera bien sûr pas représentative de tous les doctorants, mais au moins pourra-t-elle vous montrer le cheminement parfois sinueux qui nous mène à « notre » sujet (notre bébé, notre précieux, bref, ce truc qui va occuper notre esprit, notre vie, s’insinuer partout pendant 3 à 5 ans, si ce n’est plus !).

Tout a commencé en 2013. J’avais depuis longtemps envie d’un doctorat, mais j’avais arrêté mes études quelques années plus tôt sur une maîtrise (ça date hein !). A la rentrée 2013-2014, je me suis donc lancée dans un Master 2 en FOAD sur deux ans. Pratique quand on travaille à temps plein par ailleurs.

A la fin de l’année scolaire 2015, j’avais donc mon Master 2 en poche. Je me suis laissée une année de pause pour commencer à prospecter pour mon doctorat, que je souhaitais donc commencer à la rentrée 2016-2017.

Ma porte d’entrée fut d’avoir parmi mes amis un enseignant-chercheur en linguistique. Issue d’études de lettres, je voulais plutôt m’orienter vers un doctorat en littérature. Plus particulièrement en littérature de jeunesse. C’est un domaine qui m’a toujours passionnée.

Il faut savoir que choisi un sujet de thèse est une étape qui doit être bien réfléchie : c’est un engagement sur 3 à 5 ans. Il faut donc être bien sûr d’être capable de se passionner pour le sujet sur une très longue période.

Je voulais donc travailler sur les albums jeunesse. Mon ami chercheur m’a orientée vers une directrice de recherche qui travaillait sur les écrits d’élèves, en génétique des textes. Pas grand-chose à voir à priori. C’est là que le hasard s’est bien joué de moi… Je l’ai « googlisée » (que cette expression est laide !). Effectivement, elle travaille sur les écrits scolaires. Mais j’ai découvert sur sa fiche qu’elle travaillait également sur les brouillons d’écrivains jeunesse. La boucle était bouclée, c’est avec elle que je souhaitais travailler. Restait à la rencontrer pour vérifier si un travail ensemble était faisable.

Rendez-vous a ainsi été pris dans un café parisien. Nous avons donc discuté génèse d’albums jeunesse, autrement dit le travail sur les brouillons d’écrivains jeunesse. Elle-même avait déjà rencontré Yvan Pommaux. Il lui avait montré ses carnets d’écriture. Un article était même paru dans L’école des lettres. Le hasard encore une fois s’est rangé de mon côté : Yvan Pommaux vit en Touraine, pas loin de chez moi. Cela allait faciliter nos rencontres.

Mais les recherches sur ces brouillons particuliers en sont encore aux commencements : le sujet n’est encore que très peu – voire même pas du tout – exploré. L’aventure commençait à devenir très excitante !

J’ai tout de même pris quelques semaines de réflexion. Un engagement en thèse ne se fait pas sur un coup de tête, je voulais être bien assurée de mes choix.

Aujourd’hui encore, mon sujet n’est pas encore tout à faire défini : je sais que je vais travailler sur les brouillons d’Yvan Pommaux, mais je n’ai pas encore tout à fait décidé de mon angle d’attaque : ses carnets, une expérience d’écriture in-vivo, ou encore autre chose ? Je dois encore me nourrir de lectures avant de prendre ma décision. C’est au détour de certaines de ces lectures que les choses se sont affinées, que des portes se sont ouvertes sur des mondes insoupçonnés, et que mes idées ont évolué, petit à petit. C’est de ce lent affinage que mon sujet sortira, précis et clair (enfin, je l’espère ! – mais j’entrevois déjà la fin, c’est bon signe). De là découlera, au fil des semaines et des mois, un titre qui semblera peut-être un peu pompeux, un peu long et/ou incompréhensible. Mais c’est le jeu de la thèse ma pôv’ dame : une thèse est par définition non généraliste, elle est pointue. Elle amène alors à des titres parfois un peu alambiqués et difficilement compréhensibles par le commun des mortels.

Ce dont je suis sûre, c’est qu’au-delà de l’étude ces avant-textes, je souhaite donner une orientation pratique à mes recherches, en proposant des utilisations didactiques de ces brouillons dans les travaux de réécriture des élèves.

Rien qu’en l’écrivant, je me rends compte que mon sujet se complexifie et qu’un jour, j’aurai moi aussi, peut-être, un titre à rallonge sur le document final présentant ma thèse… Il sera alors temps de faire une mise à jour de cet article !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.