Tous les articles par Solène

Des bienfaits des réseaux sociaux durant une thèse

 

Ma thèse s’inscrit dans les SHS, les sciences humaines et sociales. Cela signifie que je travaille beaucoup seule, chez moi, à 200 km de mon université. Les contacts avec mes pairs sont plus que réduits et le partage des petites joies et peines de ces années de labeur quelque peu mince… Parce que m’enthousiasmer auprès de ma famille et mes amis sur trois heures de rédaction productives ne les émoie guère.

L’année dernière, au cours d’un séminaire, une collègue docteure m’a prise en photo durant une présentation que je faisais et m’a demandé si elle pouvait la partager sur son compte Twitter. J’ai accepté et me suis dit que je pourrai bien m’y inscrire aussi, pour voir comment fonctionnait ce réseau social auquel je ne m’étais jamais intéressée.

Mon compte est resté inactif pendant quasiment un an, ne voyant pas trop ce que je pouvais bien avoir à partager. Puis j’ai vu fleurir des comptes de thèse. L’idée ? Publier des twitts du point de vue de la thèse. En gros, c’est la thèse qui parle de son auteur et de ses états d’âme. C’est très ludique. Le jeu m’a plu et j’ai renommé mon compte Twitter « La thèse de Solène ».

Au fil de mes passages sur le Twitter, j’y ai découvert de nombreux autres doctorants qui rencontraient eux aussi des joies et des peines…  Exactement semblables au miennes !

Avec un peu de recul maintenant, je me rends compte de la richesse que cela apporte à ma vie de thésarde. Je me suis rendu compte que mes problèmes de rédaction/procrastination/temps/pression/préparation de colloques ou d’articles étaient le lot de tous et pas seulement mes problèmes de doctorante isolée. Et ça fait du bien !

Mes joies aussi, je peux les partager avec des personnes qui pourront, à sa juste valeur, s’enthousiasmer pour un chapitre écrit ou un plan qui s’échafaude enfin ! Que ceux qui peuvent comprendre comprennent.

Bref, tout ça pour dire que Twitter m’a donné comme un souffle renouvelé pour ce travail de très longue haleine durant lequel, parfois, on a besoin d’un bon coup de boost.

 

Merci les thèses qui parlent sur Twitter

Pour venir me rendre visite

 

 

Troisième année !

Une nouvelle journée de formation à la Sorbonne Nouvelle. Je me sens tellement privilégiée d’être ici, de m’y sentir bien et à ma place.

Je commence ma troisième année doctorale. J’avais très peur, en débutant cette thèse il y a un peu plus de deux ans, de ne pas être capable de rester motivée sur un projet aussi long ! Je savais dès le début que je me donnais quatre ans et non trois pour terminer ma thèse. Quatre ans !

J’ai dépassé la moitié du temps que je me suis donné. A aucun moment je n’ai été découragée, démotivée et encore moins eu l’envie de tout abandonner. J’ai connu des périodes très studieuses et de grands moments de latence durant lesquelles je ne faisais rien « en apparence » mais où mes idées mûrissaient, prenaient forme ; pour ensuite connaître à nouveau une période studieuse. Il m’a fallu apprendre à me connaître et avoir confiance en moi pour ne pas stresser pendant ces périodes de creux, et comprendre qu’elles m’étaient nécessaires et surtout pas improductives.

Mon travail, dont je craignais de me lasser sur une durée aussi longue, me plait toujours autant, voire toujours un peu plus. D’une année à l’autre, mes objectifs de travail sont diversifiés et ne sont jamais répétitifs :

– Une première année de lectures nourricières et de choix de mon corpus : quels brouillons choisir dans l’immense masse mise à ma disposition par Yvan Pommaux ?

– Une seconde année de transcription de mon corpus et de mise en ordre de mon dossier génétique : tout « traduire », trier dans l’ordre chronologique et enfin organiser les documents pour les rendre lisibles au plus grand nombre.

– Une troisième année, certainement la plus riche : d’une part interpréter mon dossier génétique, d’autre part donner une dimension didactique à mes recherches en expérimentant l’usage des brouillons d’auteur-illustrateur en classe, avec mes élèves de sixième.

– Ma quatrième année me permettra de finaliser l’écriture de ma thèse.

 

Mon travail avance donc, pas après pas, dans la joie d’être là.

Le dossier génétique est enfin prêt !

Cela fait longtemps que je n’avais pas fait vivre ce blog. Entre famille, activités professionnelles et doctorat, le temps manque parfois. Mais mon doctorat avance. Ces dernières semaines, j’ai terminé une grande étape de mon travail : mettre en forme mon dossier génétique.

1) Transcription et mise en ordre

Il m’a déjà fallu le lire, et donc le transcrire, pour le rendre lisible à tous. Puis j’ai remis les brouillons dans l’ordre chronologique de leur rédaction. Travail minutieux, puisqu’il faut bien observer tous les détails de chacun des brouillon pour vérifier dans quel ordre ils ont été écrits. Ces détails tiennent parfois à peu de choses : un nom de personnage qui évolue, un texte qui “passe” dans le dessin, pour alléger ce même texte ou encore un dessin qui évolue, moins annoté, plus proche de la version finale.

2) Construction des tableaux génétiques

Je me suis ensuite appuyée sur les travaux de Pierre-Marc De Biasi pour construire mes tableaux génétiques. Trois tableaux pour trier mon dossier génétique : tableau général des folios, tableau statique intégral et tableau génétique intégral.

Tous ces documents sont accessibles ici.

Ce travail m’a pris plusieurs mois. L’étape suivante ? Analyser tous ces brouillons.  L’été sera (à nouveau) studieux !

 

 

L’été est terminé : en route pour la seconde année !

Les vacances sont maintenant bien terminées et la rentrée aussi !

Un petit article pour faire le bilan de mes vacances de doctorante…

Mon doctorat n’a pas quitté mon esprit pendant deux mois… C’est vraiment une activité avec laquelle on vit. Il y a toujours un morceau du cerveau qui tourne en continu autour de la thèse. J’ai toujours un carnet avec moi sur lequel je note les idées qui me viennent au détour d’une lecture, d’un embouteillage, d’une conversation…

Brouillons confiés par Yvan Pommaux

Juste avant l’été, j’avais rencontré ma directrice de recherche pour discuter ensemble des limites à donner à mon corpus. En effet, Yvan Pommaux m’a transmis de nombreux brouillons : carnets d’écriture, carnets de dessins, beaucoup de feuilles d’esquisses, etc. Je me suis retrouvée face à un problème : j’avais face à moi trop de documents et il m’a fallu me résoudre à en laisser de côté pour mieux étudier les autres.

Nous avons donc décidé que je limiterai mes recherches aux brouillons d’un seul album. Dans le reste de tous les documents, je me servirai de quelques pages à titre d’exemples pour mettre en évidence des constantes ou au contraire montrer des variantes.

Le brouillon qui a retenu toute mon attention est celui du dernier album d’Yvan Pommaux, qui n’est pas encore sorti en librairie. Dans cette attente, je ne pourrai pas trop dévoiler de ces brouillons ici.

L’histoire raconte celle de Norma qui, agacée par sa maman qui ne remarque plus la présence de sa fille lorsqu’elle est au téléphone, décide de s’en aller. Avec son doudou Jojo et son ami Félix, ils vont traverser des mondes autant colorés que dangereux, pour finalement… Lisez-le ! C’est un bel album plein de surprises. Je prendrai le temps de le présenter plus en détail lorsqu’il sortira.

 La genèse de cet album est bien particulière.  En effet, ma directrice de recherche, puis moi-même, nous sommes intéressées à ses manuscrits, les avons regardés à la lumière de la critique génétique. Dans notre sillage, Yvan Pommaux s’est mis à se questionner sur son travail « je ne « brouillonne » plus en toute innocence, j’ai même essayé de faire un livre sans brouillon ». Cette tentative a échoué, dans une certaine mesure : il existe des brouillons qui nous permettent de retracer l’histoire de cette genèse particulière.

 Ce sont ces brouillons qui vont dorénavant constituer mon dossier génétique.

 

Après un an de thèse, les choses avancent, pas après pas. Il y a des périodes de latence, durant lesquelles j’ai parfois l’impression de stagner, de ne plus avancer… Mais avec du recul, je me rends compte que ces temps sont indispensables à la construction de ma pensée.

 

Je suis actuellement en pleine transcription de tous ces documents. Je vous raconterai dans un prochain article ?

De mon premier colloque international

Nom : Genesis -Helsinki

Dates : du 7 au 9 juin 2017

Lieu : Helsinki, Finlande

Objet : premier colloque international autour de la génétique, au sens large du terme.

Genesis Helsinki : présentation Le colloque Genesis Helsinki était le premier du nom : c’est la première fois que des chercheurs se réunissaient pour partager à propos de génétique. Entendez là génétique au sens large du terme : il s’agissait de génétique textuelle bien sûr, mais aussi de génétique de l’image, de la musique, du théâtre, du cinéma.
54 communicants se sont succédés tout au long de ces 3 journées.
Pour ma part, je communiquais sur mes recherches, certes débutantes, mais pour montrer qu’il existe un corpus en génétique de l’écriture pour la jeunesse.

La Finlande : un attachement particulier Faire cette communication en Finlande avait un sens tout particulier pour Continuer la lecture de De mon premier colloque international

JE : Brouillons d’écrivains pour la jeunesse

Les journées d’études s’enchainent en cette fin d’année scolaire.

J’étais mercredi à l’ESPE Paris-Sorbonne, hier à l’ESPE Lille Nord de France. Une journée d’études y était consacrée aux brouillons d’écrivains pour la jeunesse, pour faire suite à celle organisée l’année dernière à Macon. J’ai eu la chance de m’y voir proposer à la dernière minute de présenter mon “corpus Pommaux”, au hasard de l’indisponibilité de l’un des communicants.

J’ai donc proposé aux participants une Continuer la lecture de JE : Brouillons d’écrivains pour la jeunesse

L’oeuvre d’Yvan Pommaux : un trait d’union entre l’école et le collège ?

J’ai participé aujourd’hui à une matinée de formation à l’ESPE Paris Sorbonne.

Consacrée à Yvan Pommaux et à destination des étudiants de l’ESPE, elle avait pour objet de montrer que l’œuvre d’Yvan Pommaux constitue un trait d’union entre l’école élémentaire et le collège, au sein de cette nouvelle réforme qui a réuni CM1, CM2 et 6ème dans un même cycle.

Cette matinée était organisée par Antony Soron, maître de conférence et responsable du parcours Lettres à l’ESPE Paris Sorbonne. Il a réuni autour d’Yvan Pommaux des universitaires, des enseignants … et des élèves ! Cette idée atypique Continuer la lecture de L’oeuvre d’Yvan Pommaux : un trait d’union entre l’école et le collège ?

Constitution de mon dossier génétique

Enfin un premier article parlant de mes recherches !

Depuis plusieurs mois, je me nourris de littérature et d’échanges avec « mon » auteur (entendez par là Yvan Pommaux, dont je parlerai plus en détail dans un prochain article).

Toutes me lectures m’ont servi à renforcer mes connaissances, évidemment, mais aussi et surtout à construire de la confiance. Confiance pour entrer enfin au cœur de mon projet.

Mon projet ? Etudier les brouillons d’Yvan Pommaux puis proposer en des applications pour la didactique du français.

Yvan Pommaux m’a fourni Continuer la lecture de Constitution de mon dossier génétique

Ce que je ferai en mai 2019…. Ou l’art de planifier plusieurs années de recherche

Ca m’a fait un peu peur au début, mais je me suis vite rendue à l’évidence : c’est indispensable. Quatre ans de travail, c’est très long, mais très court en même temps.

J’ai besoin de mettre en place une organisation solide pour mener à bien mes projets et tout particulièrement donc mon doctorat et mon travail de prof (sans oublier les enfants bien sûr, et sans stopper toute vie sociale et sportive !). Bref, j’ai besoin que tout soit planifier, pour savoir où je vais et surtout comment j’y vais.

Attention, cette planification ne signifie pas que ma vie n’est qu’une longue suite de tâches à réaliser pour « tenir au planning ». J’ai comme tout le monde des périodes d’énergie débordante, et d’autres Continuer la lecture de Ce que je ferai en mai 2019…. Ou l’art de planifier plusieurs années de recherche

Mais comment font-ils pour choisir des sujets pareils ?

Mais comment font-ils pour choisir des sujets pareils ?

C’est une question qui revient souvent autour de moi, à propos des doctorants : parfois quand on lit certains sujets de thèse, on peut comprendre que beaucoup se demandent où on a bien pu aller les trouver ! Il suffit de se promener au petit bonheur la chance sur theses.fr pour trouver quelques jolies perles.

Avouons que la question est légitime ! Continuer la lecture de Mais comment font-ils pour choisir des sujets pareils ?