Archives mensuelles : octobre 2018

Troisième année !

Une nouvelle journée de formation à la Sorbonne Nouvelle. Je me sens tellement privilégiée d’être ici, de m’y sentir bien et à ma place.

Je commence ma troisième année doctorale. J’avais très peur, en débutant cette thèse il y a un peu plus de deux ans, de ne pas être capable de rester motivée sur un projet aussi long ! Je savais dès le début que je me donnais quatre ans et non trois pour terminer ma thèse. Quatre ans !

J’ai dépassé la moitié du temps que je me suis donné. A aucun moment je n’ai été découragée, démotivée et encore moins eu l’envie de tout abandonner. J’ai connu des périodes très studieuses et de grands moments de latence durant lesquelles je ne faisais rien « en apparence » mais où mes idées mûrissaient, prenaient forme ; pour ensuite connaître à nouveau une période studieuse. Il m’a fallu apprendre à me connaître et avoir confiance en moi pour ne pas stresser pendant ces périodes de creux, et comprendre qu’elles m’étaient nécessaires et surtout pas improductives.

Mon travail, dont je craignais de me lasser sur une durée aussi longue, me plait toujours autant, voire toujours un peu plus. D’une année à l’autre, mes objectifs de travail sont diversifiés et ne sont jamais répétitifs :

– Une première année de lectures nourricières et de choix de mon corpus : quels brouillons choisir dans l’immense masse mise à ma disposition par Yvan Pommaux ?

– Une seconde année de transcription de mon corpus et de mise en ordre de mon dossier génétique : tout « traduire », trier dans l’ordre chronologique et enfin organiser les documents pour les rendre lisibles au plus grand nombre.

– Une troisième année, certainement la plus riche : d’une part interpréter mon dossier génétique, d’autre part donner une dimension didactique à mes recherches en expérimentant l’usage des brouillons d’auteur-illustrateur en classe, avec mes élèves de sixième.

– Ma quatrième année me permettra de finaliser l’écriture de ma thèse.

 

Mon travail avance donc, pas après pas, dans la joie d’être là.