Archives mensuelles : mai 2019

Des bienfaits des réseaux sociaux durant une thèse

 

Ma thèse s’inscrit dans les SHS, les sciences humaines et sociales. Cela signifie que je travaille beaucoup seule, chez moi, à 200 km de mon université. Les contacts avec mes pairs sont plus que réduits et le partage des petites joies et peines de ces années de labeur quelque peu mince… Parce que m’enthousiasmer auprès de ma famille et mes amis sur trois heures de rédaction productives ne les émoie guère.

L’année dernière, au cours d’un séminaire, une collègue docteure m’a prise en photo durant une présentation que je faisais et m’a demandé si elle pouvait la partager sur son compte Twitter. J’ai accepté et me suis dit que je pourrai bien m’y inscrire aussi, pour voir comment fonctionnait ce réseau social auquel je ne m’étais jamais intéressée.

Mon compte est resté inactif pendant quasiment un an, ne voyant pas trop ce que je pouvais bien avoir à partager. Puis j’ai vu fleurir des comptes de thèse. L’idée ? Publier des twitts du point de vue de la thèse. En gros, c’est la thèse qui parle de son auteur et de ses états d’âme. C’est très ludique. Le jeu m’a plu et j’ai renommé mon compte Twitter « La thèse de Solène ».

Au fil de mes passages sur le Twitter, j’y ai découvert de nombreux autres doctorants qui rencontraient eux aussi des joies et des peines…  Exactement semblables au miennes !

Avec un peu de recul maintenant, je me rends compte de la richesse que cela apporte à ma vie de thésarde. Je me suis rendu compte que mes problèmes de rédaction/procrastination/temps/pression/préparation de colloques ou d’articles étaient le lot de tous et pas seulement mes problèmes de doctorante isolée. Et ça fait du bien !

Mes joies aussi, je peux les partager avec des personnes qui pourront, à sa juste valeur, s’enthousiasmer pour un chapitre écrit ou un plan qui s’échafaude enfin ! Que ceux qui peuvent comprendre comprennent.

Bref, tout ça pour dire que Twitter m’a donné comme un souffle renouvelé pour ce travail de très longue haleine durant lequel, parfois, on a besoin d’un bon coup de boost.

 

Merci les thèses qui parlent sur Twitter

Pour venir me rendre visite